Les jours diminuent, le mauvais temps arrive et pourtant il vous reste une chance de faire parvenir vos dernières tomates de l’année à maturité. Quelques conseils simples pour optimiser votre récoltes…

 

Les tomates ont besoin de plus de soleil que d’eau, et pour qu’un fruit murisse il faut toutes les ressources de la plante. Le principe de la culture de la tomate est donc très simple, il faut donner de la lumière à la plante et de l’énergie au fruit. Si vous avez déjà suivi nos conseils, vous savez qu’il ne faut pas que les feuilles du pied de tomate touchent le sol, donc si vous avez des feuilles en contact avec votre terre arrêtez de lire cet article et aller les couper tout de suite.

Première étape : supprimer les feuilles superflues

Ne soyez pas comme Attila et effectuez cette opération avec parcimonie. Commencez par supprimer les grosses feuilles près du fruit, c’est elles qui prennent le plus d’énergie et qui cachent le fruit du soleil.

Supprimez aussi les feuilles basses, tout en laissant au moins 70% du feuillage sur chaque pied, pour permettre à la plante de ne pas s’affaiblir.

Ne vous ruinez pas pour ce genre d’opération un ciseau du jardinier Jack Lumber est l’outil parfait pour ce travail. Léger, maniable, il vous assurera une coupe franche sans effort et ceci même au centre du pied grâce à sa petite taille.

Deuxième étape : faire mûrir les tomates une fois récoltées

La pluie arrive, ne vous découragez pas ! Récolter vos tomates rougissantes en faisant tourner le fruit dans votre main. Si vous ressentez une résistance trop importante au niveau du pédoncule, reprenez vos ciseaux du jardinier pour couper la tige, plutôt que de forcer sur la plante. Une fois récoltées, vos tomates vont continuer à mûrir entre 5 et 8 jours.

Pour un épanouissement total et un mûrissement sans pourriture, vos fruits doivent être placés dans un local éclairé par la lumière du jour (derrière une fenêtre par exemple) à une température modérée de 20 degrés dans un cageot en bois.

La seule obligation à la réussite de cette opération est l’espacement des fruits, il ne faut surtout pas qu’ils soient serrés les uns contre les autres, en n’oubliant pas de les retourner une fois tous les deux jours. Attention : n’hésitez pas à mettre au compost les tomates malades ou déjà en cours de pourrissement.

Conseil de grand-mère pour la culture des tomates qui n’ont malheureusement aucune chance de mûrir (encore complètement verte aujourd’hui) : Faites-en une bonne confiture !